Bien-être & Santé

Pourquoi vous procrastinez… et comment arrêter de tout remettre au lendemain !

La procrastination… Ce vilain mot qui est aujourd’hui sur toutes les lèvres.

Si vous en êtes victime, on vous aide dans cet article à comprendre pourquoi et comment vous en sortir. Alors ne remettez pas la lecture de cet article à plus tard !

Procrastiner n’est pas de votre faute, c’est… naturel

Vous êtes venu.e.s à bout de votre liste d’excuse à annoncer à votre chef pour justifier le fait que ce dossier n’avance pas ?

Vous vous sentez plutôt minable d’avoir tellement repoussé le fait de trouver un cadeau d’anniversaire pour votre petit neveu, que son anniversaire est passé depuis maintenant… deux mois ?

Vous avez un grand projet dont vous parlez à tout le monde depuis 5 ans… sans avoir fait une seule action pour le réaliser…?

Rassurez-vous.On vous envoie un câlin virtuel. Ça n’est pas de votre faute.

On répète : ça n’est pas de votre faute. Enfin, pas entièrement…

L’être humain est programmé pour procrastiner

Nous sommes programmé.e.s pour obtenir ce que l’on veut le plus facilement possible et avec le moins de danger ou difficultés possibles.

C’est comme ça, c’est l’instinct de survie qui nous guide depuis la préhistoire.

Le défi quotidien de nos ancêtres était de trouver facilement de la nourriture, sans se faire tuer au passage. Mais pas de trouver la plus jolie façon de tuer un mammouth. 

De plus, le cerveau humain est câblé pour récompenser les plaisirs immédiats. On préférera mille fois obtenir quelque chose d’agréable maintenant, plutôt que d’espérer obtenir quelque chose d’encore mieux, mais au prix d’une tâche plus ardue.

Alors entre attaquer ce dossier urgent ou passer une demie-heure à regarder de jolies photos sur instagram, on vous laisse deviner vers quoi ira votre cerveau naturellement…

Et on a beau se dire que le prix à payer sera lourd si on ne réalise pas une tâche urgente, impossible d’en prendre pleinement conscience tant que la sanction ne nous tombe pas dessus… et tant qu’instagram nous appelle (si si, on l’entend d’ici).

Alors on fait quoi ? On reste expert.e en procrastination toute sa vie ? Non, heureusement ! On a moultes astuces pour vous !

Pourquoi procrastine t-on ?

La procrastination vient souvent d’une incapacité à gérer nos émotions.

En effet, nous procrastinons souvent parce que nous n’arrivons pas à gérer la frustration qu’implique de se lancer dans une tâche contraignante. Nous préférons la récompense immédiate en faisant quelque chose qui nous plaît (mais qui est souvent inutile). Pour ne pas procrastiner, il faut réussir à vaincre cette rébellion émotionnelle et accepter de se lancer dans une tâche même ennuyeuse. Plus facile à dire qu’à faire, on le sait. Mais continuez à lire, on a des astuces pour ça.

De plus, de nos jours, les distractions sont partout et il est très facile de se laisser distraire – volontairement ou non – au lieu de travailler…

Les petits “plaisirs instantanés” sont disponibles partout et tout le temps, notamment dans les applications de réseaux sociaux.La tentation est aux bout de nos doigts et il est si facile d’y céder. Qui ne s’est jamais dit “aller, je regarde 5 minutes Facebook et après je m’y mets, juste 5 minutes !” pour finalement voir ces 5 minutes se transformer en 30 minutes voire bien plus.

On ne procrastine pas par fainéantise. Certain.e.s procrastinateurs.rices accompli.e.s sont même très actifs.ves. Mais ne mettent simplement pas cette énergie dans les bons projets. Souvenez-vous de cette fois où vous vous êtes retrouvé.e à nettoyer le tiroir à lessive de votre machine à laver plutôt que de finir cet article que vous deviez écrire… Ça n’est pas de la fainéantise ça 😉

On se lance souvent dans de la procrastination intelligente.

C’est à dire que plutôt que de se lancer dans un projet, on peaufine notre plan, on cherche la meilleure façon de faire, on passe des heures à créer un logo plutôt que de concrètement lancer son entreprise. Vouloir se former pendant des mois pour être sûr.e d’être prêt.e sans jamais se lancer, c’est aussi de la procrastination intelligente.

On veut que tout soit parfait, alors au final… on ne fait rien…

Enfin, on procrastine souvent également par peur de l’échec et par manque d’estime de soi…

Tant qu’on ne fait rien, on ne risque pas de rater ou de se tromper. Si nos tâches sont ennuyeuses ou imposées par quelqu’un, on a également bien plus de chance de procrastiner.

Alors que faire concrètement ?

La procrastination n’est pas une fatalité (promis)

Voici un plan d’attaque en béton en 10 étapes pour que la procrastination ne devienne plus qu’un lointain souvenir.

La bonne nouvelle, c’est que la volonté est comme un muscle, cela se travaille ! Et plus vous en accomplirez de tâches, plus vous aurez envie d’en accomplir. L’action, c’est comme l’appétit, ça vient en pratiquant.

Voici nos 10 conseils pour passer de l’intention à l’action !

1/ Ayez une vision précise de la tâche à accomplir

Quand on ne sait pas précisément où on va, impossible d’arriver à destination. Or, bien souvent, quand on procrastine un projet, c’est simplement que l’on ne sait pas précisément ce qu’on doit faire, ce qui est attendu de nous ou quel est le résultat global espéré. Alors notez précisément ce qui doit être fait, validez avec les autres personnes engagées dans le projet, l’important est de savoir ce qui pourra vous faire dire “ça y est, c’est fait !”. 

2/ Découpez le projet en petites tâches

Si on se retrouve au pied d’une immense montagne, difficile de s’y engager gaiement… Alors pour chaque gros projet, découpez-le en petites tâches, notez-les une par une, même si la liste est longue. Ainsi vous pourrez décider de vous attaquer à chaque petite tâche, les unes après les autres et barrer votre liste. Vous serez content.e de vous et vous aurez réellement l’impression d’avancer.

3/ Évaluez le temps nécessaire pour chaque tâche

La procrastination vient très souvent du fait que l’on surestime le temps que nous prendra une tâche. Nous sommes alors découragé.e.s avant même de s’y attaquer et nous la repoussons à plus tard… Mais si on prend vraiment le temps d’estimer la durée réellement nécessaire pour un travail, on se rend compte qu’il prendra bien moins de temps que l’on pensait.

Alors prenez 5 minutes et détaillez, pour chaque projet à accomplir, le temps qu’il faudra et vous verrez que finalement, c’est bien moins insurmontable que prévu.

4/ Avoir une to-do list réaliste

Pour éviter de finir votre journée découragé.e car vous avez l’impression de n’avoir rien accompli, préparez, le matin, une vraie to-do list réaliste.

C’est à dire ? On évite les listes à rallonge, que l’on sait impossible à terminer. On note juste 3 à 6 tâches prioritaires, que l’on est sûr.e de pouvoir finir, pas plus ! Et vu que vous aurez bien noté la durée de chaque tâche, si vous avez suivi notre conseil précédent, cette étape sera facile. Ainsi vous finirez votre journée satisfait.e de vous et prêt.e à recommencer le lendemain ! Plus on se sent capable de réaliser un travail, moins on a de chance de procrastiner.

5/ Coupez (vraiment)  les distractions

Cette étape est sûrement la plus difficile, mais la plus importante. Ça y est, vous êtes lancé.e dans un projet ! Il serait dommage de tout arrêter sous prétexte qu’une notification vient de vous annoncer que votre oncle à liké votre dernière photo sur facebook ou que vous avez reçu un email de votre banque… Alors on coupe tout ! Vraiment. On coupe les notifications. Idéalement, on met son téléphone en mode avion et non, promis, le monde ne va pas s’écrouler si vous coupez tout pendant 2h.

6/ Adapter votre planning selon votre énergie

Vous savez que vous êtes plus en forme le matin ? Ou au contraire, votre meilleur moment est plutôt en fin d’après-midi ? Alors organisez – autant que possible – votre planning de la journée en fonction de cela. Prévoyez les tâches créatives au moment où vous sentez que votre cerveau est à son maximum et gardez les tâches plus administratives pour la fin de matinée par exemple, quand la faim commence à pointer le bout de son nez.

7/ Commencez par les tâches les plus ardues

Idéalement, démarrez votre journée par la tâche qui vous demandera le plus d’effort. Ainsi, non seulement, vous aurez toutes vos capacités disponibles pour l’achever, mais en plus, vous serez fier.e de vous ensuite ! Même si le reste de la journée n’est que procrastination, vous aurez au moins accompli une tâche importante.

Alors même s’il est tentant de commencer sa journée en papotant à la machine à café, en lisant ses mails, en scrollant facebook ou instagram… Coupez toutes les distractions et attaquez-vous à la plus grosse tâche. Le reste attendra et le sentiment d’accomplissement en vaut la peine !

8/  Faire de courtes sessions de travail

Cela vous semble impossible de couper toutes les distractions et de rester concentré.e pendant 2h ? Alors faites de courtes sessions, vraiment efficace. Pour cela, on vous recommande la technique Pomodoro : pendant 25 minutes on se concentre sur une seule tâche et on refuse toute distraction. Puis on s’accorde une pause de 5 minutes (c’est le moment de rallumer votre téléphone si vous voulez, mais en mettant un minuteur !). Et on recommence une session de 25 minutes. Au bout de 4 sessions, on peut s’accorder une pause plus longue.

9/ Prévoyez une récompense après avoir réussi une tâche

Vous avez l’habitude de démarrer votre journée avec un bon café ? Aller faites-vous un peu violence et gardez ce café pour après. Démarrez votre journée en accomplissant une tâche importante puis ensuite seulement vous pourrez savourer votre boisson. Elle n’en sera que meilleure car vous l’aurez anticipé et vous serez fier.e de vous ! Cela fonctionne aussi pour un plus gros projet : prévoyez une récompense qui vous fait vraiment plaisir mais à laquelle vous n’aurez le droit qu’une fois le projet accompli. Après l’effort, le réconfort, comme dit l’adage.

10/ Engagez-vous auprès de quelqu’un

Vous voulez être sûr.e d’accomplir réellement quelque chose ? Engagez-vous auprès de quelqu’un. Annoncer à un proche ou un collègue quelle tâche vous allez accomplir et quand. Soyez précis.e.

Et en bonus : engagez-vous, en cas d’échec, à faire quelque chose qui vous déplaît vraiment, comme de faire un don à une association que vous détestez 😉

 

Si vous appliquez réellement ces 10 étapes, vous serez le roi / la reine de l’efficacité !

Encore faut-il ne pas les procrastiner 😉