Bien-être & Santé

L’impact du Pilates sur le système immunitaire

La relation (très) intime entre le Pilates et le système immunitaire

Comme si le coronavirus ne suffisait pas, nous voici entrés de plein fouet dans la saison des rhumes et des grippes ! Alors que certains se lancent dans des cures de vitamines, des traitements homéopathiques préventifs et autres boosters d’énergie parfois coûteux, d’autres se replient sur des moyens simples et naturels comme le Pilates visant à stimuler le système immunitaire pour mieux lutter contre les infections et autres bobos saisonniers.

Auraient-ils compris quelque chose qui vous échappe ?

Les adeptes du Pilates en sont convaincus : la pratique de cette activité renforce le système immunitaire. D’ailleurs, il suffit de revenir un siècle en arrière pour constater qu’ils ont raison ! Pour comprendre l’impact du Pilates sur le système immunitaire, il faut en connaître la passionnante histoire. Retour en arrière…

Le Pilates à l’épreuve pendant la Première Guerre mondiale

À l’origine de la méthode Pilates, un Germano-américain qui mit au point une méthode de conditionnement des mouvements qu’il baptisa Contrology. Joseph Humbertus Pilates pensait en effet que l’esprit devait apprendre à contrôler entièrement les mouvements afin d’améliorer ses fonctions et la santé d’une manière générale.

En 1914, à l’aube de la Première Guerre mondiale, alors qu’il était en tournée en Angleterre avec son frère dans le cadre d’un numéro d’arts martiaux pour un cirque itinérant, le jeune Joseph fut envoyé dans un camp d’internement sur l’île de Man. C’est dans cet endroit qu’il mit en pratique son programme d’exercices, entraînant ses codétenus au quotidien. Les récits qui datent de cette époque font part de capacité innée de réadaptation chez les soldats blessés qui retrouvaient, grâce à la méthode Pilates, leur force et leur mobilité.

 

Le Pilates comme outil de lutte contre la grippe espagnole ?

Lorsque la pandémie de grippe espagnole a éclaté en 1918, Joseph Pilates était toujours interné dans le camp de l’Ile de Man. Connue comme étant l’une des épidémies des grippes les plus meurtrières de l’histoire, cette maladie a touché plus de 500 millions de personnes à travers le monde avec 3 à 5% de mortalité.

Chose relativement inhabituelle, la grippe espagnole n’a pas touché seulement les populations les plus vulnérables comme les jeunes enfants et les personnes âgées. Une deuxième vague, en effet, a anéanti bon nombre de personnes résistantes, âgées de 20 à 40 ans. Plus étonnant encore, aucun décès ne fut à déplorer dans le camp d’internement de Joseph Pilates. Avec du recul, on sait aujourd’hui que la seule différence entre ce camp et les autres résidait uniquement dans le régime d’exercices administré au quotidien par Pilates sur les détenus. Un régime à l’origine d’un système immunitaire plus fort chez les intéressés.

 

Les mouvements au coeur de ces phénomènes physiologiques

Sans entrer dans des détails scientifiques, au risque de se lancer dans un monologue ressemblant à un cours de physiologie, essayons de comprendre la relation qui existe entre la méthode Pilates et le système immunitaire.

Le système immunitaire est composé essentiellement du système lymphatique. La lymphe circule dans ce dernier à travers des groupes de ganglions répartis dans le corps. Elle est balayée et filtrée par les cellules immunitaires pour détecter les éventuels virus, bactéries et tout autre corps étranger suspect. Pour que la lymphe soit propulsée à travers le corps et passe par le processus de filtrage, elle doit obligatoirement passer par certains muscles qui agissent comme une pompe. Contrairement au système cardio-vasculaire, qui fonctionne de manière autonome, le système lymphatique n’est pas automatique.

Par conséquent, notre capacité à repousser les virus et les maladies repose essentiellement sur le mouvement du corps et notamment sur deux muscles essentiels : le transverse abdominal et le muscle du mollet. Le premier, le transverse abdominal, est sollicité dans chaque mouvement de la méthode Pilates. Il améliore la santé de la colonne vertébrale et aide les poumons à mieux fonctionner, favorisant ainsi une respiration et une circulation saines. Le second, le muscle du mollet, est également omniprésent dans la méthode Pilates. Tout porte à croire que Joseph Pilates lui-même était pleinement conscient de ces phénomènes physiologiques, puisque ces deux muscles sont largement sollicités dans les exercices qu’il a mis au point.

 

Comprendre le fonctionnement de notre corps, sans pour autant se perdre dans des détails que seuls les scientifiques maîtrisent, permet d’apprécier les bienfaits d’une méthode éprouvée comme le Pilates. Renforcer le système immunitaire sans médicaments, lui donner la chance de fonctionner de manière optimale pour combattre les infections et les virus, pour récupérer plus rapidement et se sentir en forme… cela passe par des gestes simples et des habitudes à prendre au quotidien.

Si le temps vous manque, saviez-vous qu’il est possible de participer à une séance de Pilates sur votre lieu de travail grâce à Yuco. On vous en dit plus ?